aristotecoaching.com - Le Coaching
 -

Le Coaching

Histoire du coaching
Le mot coaching, dont l'origine du nom vient de "coche", désigne une activité orientée vers l'accompagnement et l'épanouissement de la personne coachée.

L'usage du mot coaching est apparu en France et en Europe dans les années 1980, en provenance d'Amérique du Nord. Il semble que Alain Cardon, Vincent Lenhardt et Jacques-Antoine Malarewicz en soient les premiers utilisateurs en France.

Origine du terme "coaching" 
Le sens premier du mot Coach est une grande voiture à chevaux, ce qui donnera vers 1830, le sens figuré «instructeur / formateur». Le sens « Entraineur sportif » serait apparu vers 1861 .

En France, les puristes recommandent l'usage du terme Guidance dans le domaine médical, de Mentorat dans le domaine de l'Entreprise. Mais il peut avoir différentes appellations dans le domaine du sport : accompagnement, pilotage, direction d'athlètes sont utilisés.

Enjeux du coaching
Le coaching permet de réaliser un accompagnement professionnel. On parle aussi d'accompagnement opérationnel ou encore d'accompagnement personnel au changement, hors de la sphère strictement professionnelle.

Le coaching se distingue légèrement du Mentorat par le niveau d'égalité entre l'accompagnant, le Coach » et la personne suivie par le coach  « le coaché ». Le mentor est généralement un supérieur hiérarchique, il a un rôle de guide, et agit dans le cadre de fonctions plus larges.

Deux approches distinguent le coaching du mentorat :

  • Le lien à des techniques de psychologie telles que la PNL, L'Analyse Transactionnelle ou la Gestalt-thérapie. Pour certain le coaching se situe hors de ce référentiel psychologique mais plutôt dans un contexte centré sur l'atteinte d'objectifs ambitieux. Néanmoins, certains praticiens font remonter ces pratiques jusqu'à Socrate avec la Maïeutique.

  • Le mentorat est légèrement différent car il suppose de la part de l'accompagnant une position haute, un statut de guide. Le coach est en position haute sur le processus de changement, mais en position basse sur le contenu pour aider la personne coachée à progresser en autonomie. Cependant, la francisation officielle de coaching est « mentorat ».Il faut aussi distinguer le coaching du conseil et de la psychothérapie Il faut d'ailleurs aussi la différencier de certaines idéologies qui déclarent l'utiliser : certaines sectes, certains mouvements se déclarant religieux et certains mouvements se déclarant philosophiques utilisent le coaching.

Cependant, la philosophie est l'une des racines du coaching, dans la mesure où elle est un exercice autonome de la raison, même quand celle-ci est guidée par le dialogue ou par la maïeutique socratique. Savoir poser les problèmes, trouver par soi-même des solutions variées, faire progresser une façon de voir les choses et la vie, font partie intégrante du coaching comme de la philosophie.

Le Lieu des séances :
Plusieurs options sont possibles. Le coach doit apporter un soin particulier au lieu où se déroule le coaching. En effet, on ne peut pas mener un entretien de coaching de la même manière partout. Qu'en est il de la confidentialité? Les murs peuvent avoir des oreilles (entreprise, lieu public) Il est parfois bon de sortir son coaché de son univers (entreprise, domicile, etc.) Le coach doit aussi veiller au confort de son coaché par rapport au téléphone ou à la webcam.

La durée d'un accompagnement :
La durée d’une intervention de coaching est variable Une seule séance (c’est rare), ou plusieurs mois (plus fréquent) mais pas des années, le coaching rend autonome, pas dépendant. Certains coachs demandent une première étape de deux ou trois séances avant de s’engager dans la durée. L’essentiel reste que les choses soient claires au départ et que les limites de la durée du coaching soient convenues.La durée des séances de coaching dépend du coach et de la situation, et se situe généralement entre 1/2h et 1 heure. Certaine situation nécessite une longue séance, jusqu'à 3h mais c'est rare.

Ce que le coaching n'est pas :
Le coaching individuel n'est pas du conseil ni de la thérapie. Ces différents ensembles de compétences et d'approches du changement peuvent être des compétences et des profils professionnels supplémentaires.
La finalité du coaching est d’atteindre les objectifs fixés et de rendre le coaché autonome, il est limité dans le temps. Il est donc essentiel de bien spécifier la demande et les objectifs que le coaché s’est fixé. Conscient de sa position, le coach s'interdit d'exercer tout abus d'influence. Il se comporte avec loyauté vis-à-vis du coaché dont il a accepté la confiance. Il adapte son intervention dans le respect des étapes de développement du coaché, auquel il reconnaît le droit de renoncer au coaching à tout moment, sans avoir à s'en justifier.

Liberté du Coach :
Dans le cas où il constaterait que les conditions de réussite du coaching ne sont plus réunies, le coach s'autorise, en concertation avec le coaché, à interrompre la mission.


L'entretien de coaching







Assistant de création de site fourni par  Vistaprint