aristotecoaching.com - Le Coach
 -

Le Coach

Autrefois apanage des élites, des hauts dirigeants puis des hauts potentiels, le coaching se popularise progressivement et tout le monde peut désormais en bénéficier dans un certain nombre de structures et de cas. Ce milieu lui reconnaît une efficacité et des résultats rapides.

Le coach doit savoir repérer et maîtriser les processus relationnels, c’est-à-dire la façon dont des relations s’établissent et se développent en fonction d’objectifs conscients ou inconscients. Ceci nécessite une très grande maîtrise de la Métacommunication ou « position méta », qui consiste à se mettre en cours d’entretien en observateur extérieur de soi-même, de l’autre, et de la relation.

Il doit avoir une déontologie personnelle, clairement affichée, et la respecter, dont la Charte est remise avec chaque contrat de coaching.

Il doit avoir fait un important travail de développement personnel afin de ne pas se laisser entraîner dans ses propres « zones d’ombre » lors du coaching. Il doit aborder les difficultés qu'il rencontre auprès d’un superviseur, le « coach du coach » et savoir faire appel à un thérapeute, le cas échéant.

Plus le coach a de l’expérience du coaching et continue à se former, mieux cela est. Il doit savoir faire preuve de compétence professionnelle, de maturité émotionnelle et d'expérience des relations interpersonnelles.

Au niveau de la personne, le coach doit disposer d’une méthode de diagnostic psychologique, nécessitant des notions de psychopathologie et de philosophie. La  pertinence des techniques d’intervention employées sont un gage de réussite.

A un niveau plus général, le coach doit savoir traiter certaines problématiques telles que la gestion des « deuils », les jeux de pouvoir et les manipulations, et maîtriser des techniques telles que la régulation. Une dimension de formateur permet en outre d’enseigner au « coaché » certains concepts, ce qui s’avère parfois très utile.


Il existe différentes approches mais trois courants se dégagent nettement :

  • Les approches stratégiques privilégient les savoirs du coach (AT, PNL). La posture du coach est dans le savoir et le savoir-faire ainsi que l'anticipation.

  • Les approches collaboratives privilégient les savoirs de la personne coachée (Constructivisme, Orientation-Solutions, Pratiques Narratives). La posture du coach est celle du non-savoir et de la perplexité. Elle est décentrée et influente, laissant place à une curiosité abondante.

  • Les approches "mixtes" sont les plus riches mais demandent une bonne expérience pratique et beaucoup de recul de la part du coach. Elles s'appuient souvent sur l'approche collaborative pour construire la relation avec le coaché puis utilisent les différents outils et stratégies d'accompagnement du changement les plus adaptés au cours du coaching, selon les objectifs et l'urgence ...



Le Coaching est un accompagnement basé sur l'écoute







Assistant de création de site fourni par  Vistaprint